La tribu de Madeleine

Je vous avais déjà un peu parlé l’année dernière de la petite dame âgée chez qui je suis intervenue afin de stériliser et de placer un grand nombre de chats qui vivaient sous son toit sans qu’elle sache exactement combien ils étaient. Un an après le début de ce sauvetage, tout est rentré dans l’ordre pour le plus grand bonheur des chats et de Madeleine.

Alertée par une assistante sociale, j'ai rencontré Madeleine, âgée de 91 ans, et son ami, âgé de 82 ans, en janvier 2006. Dès la première visite, l'insalubrité de leur logement m'a sauté aux yeux. De même, le nombre de chats en mauvaise santé, non stérilisés, pleins de puce, atteints de la teigne, ... était consternant et alarmant.

Deux petits chatons squelettiques et pleins d'excréments m'ont accueillis. En discutant avec le couple, ils m'ont avoué avoir peu d'espoir quand à la durée de vie de ces deux petits mais ne semblaient pas pour autant décidés à les amener chez le vétérinaire, plus par méconnaissance que par malveillance. Après beaucoup d'insistance de ma part, ils ont accepté de me les laisser et cette première visite s'est donc soldée par le sauvetage de ces 2 malheureux. Scoubidou, le petit mâle, n'a pas survécu longtemps, son organisme étant trop malade et faible. Vénus a été soignée et choyée à l’Ecole jusqu’à Pâques et est partie en famille d’accueil afin de recevoir au quotidien beaucoup d’amour et d’attention dont elle avait grand besoin. Sa santé, hélas, ne s’est pas améliorée ; elle a rejoint ses compagnons au paradis des chats le jeudi 29 mars 2007.

Au fur et à mesure de mes visites, j’ai découvert qu’il y avait une quinzaine de chats adultes dont beaucoup de femelles pleines ! Beaucoup d’entre elles mettaient bas sur le terrain voisin, abandonné depuis de nombreuses années et en proie aussi à une grande prolifération et une grande mortalité.

Le monsieur est décédé en mars, sa femme a alors trouvé du réconfort dans ma présence et m’a laissé peu à peu intervenir. Toutefois cela s'est fait sur de très longs mois car elle changeait d'avis une fois sur deux, refusait de me laissait emmener les femelles pleines, refusait qu'on place les chatons, ... Elle souhaitait que toutes les femelles pleines puissent avoir leurs petits et n'a accepté qu'on ne les prenne en charge qu'une fois les petits quasiment sevrés ! Cela nous a amenés à une quarantaine de chatons que nous avons tous dû placer.

Le bilan aujourd'hui : tous les chatons sont placés et nous avons de bonnes nouvelles d’eux. Nous avons rendu deux chattes adultes à Madeleine, ses deux « préférées » et l'avons convaincue de l'importance de placer les autres pour leur bien-être et le sien ! Seules deux femelles restent à placer et un mâle très méfiant à attraper, mais je ne désespère pas !

Je reste bien évidemment en contact avec cette dame âgée que je vais voir deux fois par semaine car tout au long de ces mois, je me suis aussi attachée à elle ; j’ai compris que c'est son bon coeur qui l'avait amenée à avoir tous ces chats sans se rendre compte que cette prolifération était dangereuse et malsaine. 

Anne GREMILLON

Toute l’équipe de l’Ecole du Chat a été  mobilisé durant toute l’année 2006 pour traiter le problème des 13 chats adultes et des 38 chatons de Madeleine ; ce travail de longue haleine a coûté pour les seuls frais vétérinaires 6000 euros. Aujourd’hui toute l’équipe est fière de savoir tous nos petits protégés heureux, en forme et Madeleine sereine avec ses 2 chattes qui lui apportent réconfort et bonheur.