Informations et conseils pratiques

Vous trouverez dans les pages suivantes quelques conseils pour assurer le bien être de votre chat ainsi que des informations sur la protection animale.

L'alimentation du chat

Il est toujours préférable de continuer à donner à votre chat le même aliment que celui qu'il recevait chez son ancien propriétaire, ceci afin de ne pas ajouter au stress du changement de domicile celui d'un chagement d'aliment. Dans les semaines qui suivent, vous pouvez progressivement substituer un nouvel aliment à l'ancien.

Si le régime alimentaire du chat est essentiellement protéiné, les quantités nécessaires varient en fonction de son âge (les besoins en protéines d'un adulte sont inférieurs à ceux d'un chaton).

Ainsi, entre 8 et 10 mois, n'oubliez pas de passer à des aliments pour adulte. S'il consomme des aliments spéciaux pour chatons, un chat adulte risque, au fil du temps, de développer des problèmes rénaux ou hépatiques.

Il existe 3 grandes familles d'aliments pour chats :

Les aliments secs représentent le meilleur compromis : plus économiques que les boîtes, ils sont aussi un atout santé pour les dents du chat. Du fait de leur consistance abrasive, ils salissent moins les dents, limitant ainsi la formation du tartre. Evitez toutefois les marques de supermarchés, moins chères mais moins nourrissantes et moins bien équilibrées en acide gras et taurine, nutriments ESSENTIELS à votre chat.

N'oubliez surtout pas de donner à boire à votre chat : de l'eau fraîche que vous renouvellerez régulièrement. Contrairement aux idées reçues, le lait est à proscrire du fait de l'intolérance des chats envers le lactose. Sachez toutefois que si vous désirez satisfaire le "péché mignon" de votre compagnon, il existe du lait dépourvu de lactose, spécialement étudié pour lui.

 Haut de page

Prévention des maladies

Tout comme les humains, les chats peuvent contracter toutes sortes de maladies. Certaines, surtout lorsqu'elles sont provoquées par des virus, sont très difficiles à soigner et parfois mortelles.

Mais heureusement, la plupart peuvent être évitées grâce aux vaccins. C'est pourquoi il est extrêmement important de tenir à jour les vaccinations de son animal, et ce dès son plus jeune âge.

En effet, si les anticorps de la mère immunisent les chatons contre les maladies jusqu'à l'âge de 8 semaines environ, passé ce délai, le vaccin est nécessaire pour bien les protéger.

Vous trouverez ci-dessous le protocole des vaccinations ainsi qu'un descriptif des principales maladies.

Protocole des vaccinations :

Nous distinguerons 2 cas :

Le coryza : 

A priori cette maladie n'est pas mortelle chez l'adulte mais elle peut être grave pour le chaton ou le chat âgé. Cette maladie se traduit par des écoulements au niveau du nez et des yeux, des éternuements, de la fièvre et des lésions ulcératives de la bouche. Non traité, le coryza se complique et peut entraîner des écoulements purulents au niveau des yeux et du nez ainsi que des pneumonies. Le coryza peut être causé par différents virus et bactéries. La vaccination permet de minimiser les signes cliniques et les complications.

La chlamydiose : 

Elle se transmet par contact avec d'autres chats et se caractérise par les symptômes suivants : écoulements des yeux et du nez, éternuements, conjonctivite. Si votre chat est atteint de cette maladie, une prescription d'antibiotiques permettra de lutter contre l'infection et il faudra alors le maintenir à l'écart des autres chats durant au moins un mois. La vaccination permet de réduire la gravité des signes cliniques chez les chats exposés à l'infection.

La leucose féline (FeLV) : 

Cette affection de plus en plus répandue est presque toujours mortelle. Le virus entraîne, chez les animaux qu'il infecte, des tumeurs et des maladies du sang. La période entre l'infection par le virus et l'apparition des signes cliniques (perte de poids et d'appétit, fièvre, diarrhée, vomissements, convulsions) peut durer plusieurs années. Ainsi, un chat peut être contaminé par un animal porteur du virus mais n'exprimant pas obligatoirement la maladie. La contamination s'effectue par le biais de la salive (morsure ou partage d'une même écuelle) et par les urines (partage d'une même litière). Les chattes peuvent contaminer leurs petits in utero ou durant l'allaitement. Fort heureusement il existe un vaccin permettant de protéger efficacement nos petits félins.

La Péritonite Infectieuse Féline (PIF) : 

Cette maladie, provoquant une déficience du système immunitaire, sévit surtout dans les endroits surpeuplés. Le virus se transmet par le contact avec les urines, les selles, la salive et le mucus et peut demeurer virulent un certain temps dans les écuelles ou le bac à litière. Malheureusement, il n'existe à ce jour aucun traitement permettant de sauver l'animal infecté.

Le FIV ou "sida du chat" : 

Son nom parle de lui-même. Si il n'est ABSOLUMENT PAS TRANSMISSIBLE à l'homme (ni d'ailleurs aux autres animaux), ce virus est en tout point similaire au VIH, tant en ce qui concerne son action à l'intérieur du corps (affaiblissement des défenses immunitaires) que son mode de contamination (sang, rapport sexuel, transmission intra utérine de la mère à ses petits). Il n'existe à ce jour ni vaccin permettant de prévenir la maladie ni traitement permettant de la soigner.

La rage : 

C'est une maladie virale qui se traduit par des troubles du système nerveux (comportement anormal, agressivité, incapacité à avaler). Transmise par morsure (ou léchage sur une plaie) ou griffure, elle se déclare en général 4 à 8 semaines après le contact infectant mais ce délai est considérablement variable. Elle est incurable et mortelle mais la vaccination (obligatoire pour le passage des frontières) est un moyen efficace de la prévenir.

Le typhus (panleucopénie infectieuse) : 

Cette terrible affection virale, très contagieuse, est souvent mortelle et fait de nombreuses victimes parmi les chatons. Elle se traduit par une forte fièvre, de la diarrhée et des vomissements, une perte d'appétit et de la léthargie. Le virus se transmet par contact à partir des sécrétions et demeure actif durant des semaines dans le milieu extérieur (une désinfection classique ne suffit donc pas nécessairement à le tuer). Un traitement n'a de succès que s'il est précoce, c'est pourquoi la vaccination, très efficace contre cette maladie, est fortement conseillée.

 Haut de page

Pourquoi faire stériliser son chat ?

Certains propriétaires sont réticents à l'idée de faire castrer leur chat ou stériliser leur chatte.

Ils défendent leur position en disant que "c'est anti-naturel", "c'est cruel" ou qu'"en agissant ainsi, il n'y aura bientôt plus de chats sur terre". Ces gens ne savent pas de quoi ils parlent et surtout, ils n'ont jamais approché la misère féline, conséquence de cette immense prolifération des chats abandonnés qui se reproduisent dans la rue.

De plus, la stérilisation est moins traumatisante que l'interdiction répétée d'assouvir leurs instincts sexuels ou l'euthanasie des portées.

Stériliser son chat, c'est lui offrir une espérance de vie deux fois plus longue en limitant les risques de :

Si la stérilisation offre de multiples avantages pour le confort de votre chat, il en sera de même pour le vôtre.
Ainsi, si l'opération est effectuée dès que possible (aux alentours de 7/8 mois), vous ne serez pas confronté aux problèmes rencontrés lors des périodes d'activité sexuelle (jets d'urine fortement odorante si vous avez un mâle, miaulements jour et nuit si vous avez une femelle).

Nous ne recommandons pas le recours à la pilule contraceptive pour les chattes car, d'une part oublier de la lui donner est très vite arrivé et d'autre part, l'utilisation à long terme est néfaste à sa santé (formation de kystes au niveau des ovaires).

Et pour terminer, nous parlerons de la stérilisation des chats errants.

Dans de nombreuses résidences, les chats errants, protégés par ceux qui les nourrissent, détestés par ceux qui les chassent, déclenchent bien malgré eux des querelles de voisinage qui détériorent l'ambiance générale.

La capture systématique et cruelle des chats errants n'est pas une solution : si toute la population de chats disparaît brutalement, le territoire devenu vacant sera très rapidement colonisé par d'autres chats venus d'ailleurs.

L'expérience prouve que la stérilisation des chats est le plus sûr moyen d'apaiser le climat, puisque les "anti-chats" craignent surtout la surpopulation.

La méthode de l'Ecole du Chat est la solution la plus efficace pour venir en aide à ces pauvres bêtes en leur apportant protection, alimentation, en les stérilisant et en les identifiant (tatouage au nom de l'Association).

Les chats capturés, stérilisés et remis sur le site, occupent le territoire et empêchent l'arrivée d'intrus. Ils ne se reproduisent plus et la population se stabilise puis décroît au fur et à mesure du décès des animaux âgés.

En plus de l'argument "pratique", il faut considérer la détresse de milliers de chatons qui naissent dans la rue, survivent tant bien que mal et souvent meurent dans des conditions épouvantables (maladies,empoisonnenments, accidents, cruauté humaine ...).

Nous espérons vous avoir convaincus que LE PREMIER GESTE DE PROTECTION, C'EST LA STERILISATION.

 Haut de page

A propos du tatouage

Le tatouage est une mesure obligatoire pour les chats vendus ou donnés, accueillis dans une pension, séjournant avec leurs maîtres dans un centre de vacances ou dans un département déclaré atteint par la rage, emmenés à l'étranger.

Mais c'est surtout un gage de sécurité pour votre chat si jamais celui-ci venait à se perdre (n'oublions pas qu'un animal non tatoué est voué à la fourrière et à l'euthanasie), permettant d'attirer l'attention sur son appartenance à un maître qui le recherche parfois très loin de là.

Mais pour être efficace, le tatouage doit être lisible et les renseignements enregistrés auprès du Fichier National Félin à jour. Combien de chats trouvés avec un superbe tatouage ... INUTILE parce que leurs propriétaires avaient omis de signaler leur changement d'adresse ou parce qu'ils avaient été donnés ou vendus sans que le transfert ait été enregistré.

Depuis le 2 juillet 2001, l'arrêté relatif à l'identification par radiofréquence des carnivores domestiques (notamment les CHATS, les CHIENS et les FURETS) a fait de l'identification par transpondeur (puce électronique) l'équivalent du tatouage.

La puce s'injecte sous la peau, au niveau du cou, et les informations qu'elle renferme peuvent être lues en approchant un lecteur spécial. Les vétérinaires , les gendarmes, les policiers et les pompiers en possèdent un. C'est donc à eux qu'il faudra s'adresser pour connaître l'identité de l'animal trouvé.

Depuis le 3 décembre 2001, les deux systèmes cohabitent. Les maîtres auxquels la loi fait depuis longtemps déjà "obligation de faire immatriculer" leur compagnon ont donc le choix entre la PUCE et le TATOUAGE.

Cependant, sans contester les bienfaits de ce nouveau procédé, qui empêchera peut-être les trafiquants qui fournissent les laboratoires d'expériences, de camoufler, d'effacer les tatouages de leur victime enlevée sur la voie publique, comme c'est trop souvent le cas pour les animaux disparus, il faut attirer l'attention sur le point suivant, dont l'importance est à souligner :

La meilleure protection pour notre animal serait l'utilisation simultanée des DEUX PROCEDES. L'un protégeant votre chat contre les ramassages pour la fourrure ou pour les laboratoires (le transpondeur), l'autre pour la facilité de lecture permettant une identification rapide.

L'identification par les deux procédés est techniquement possible et légalement admise.

 Haut de page

Le tabagisme passif et les "4 pattes"

Nul ne conteste plus maintenant la nocivité du tabagisme passif pour les êtres humains.

Mais la science vient de découvrir que le nombre de victimes était encore plus grand que les estimations présentées jusque là.

En effet, les chats de maîtres fumant des cigarettes ont deux fois plus de chances de mourir d’un cancer du poumon que ceux qui respirent un air sain. Trois fois plus si le quota de 20 cigarettes par jour est dépassé par le fumeur ou si Matou respire cette odeur pendant 5 ans. Si Minet partage la vie de 2 maîtres fumeurs, les chances progressent encore.

Il faut bien prendre conscience qu’une fois le cancer déclaré, 25% des chats atteints meurent en moins d’un an malgré les traitements appropriés.

Encore une raison supplémentaire d’arrêter de fumer si vous aimez Minet et souhaitez le voir longtemps vous témoigner sa tendresse.

Janine BEUVELET

 Haut de page