Alban

Coucou, c’est moi Alban !

Pour me présenter, il faut que je vous parle tout de suite de cette affreuse collerette plastique qui fait partie de ma vie quotidienne et, qui, je vous l’avoue, m’enquiquine !

C’est affreux, quand on a envie de se gratter, de ne pouvoir le faire ! Alors, je me tortille dans tous les sens, jusqu’à ce que l’envie de démangeaison disparaisse. Car je suis allergique à plein de choses et me remets tout doucement d’une malnutrition subie depuis l’enfance jusqu’à mon entrée à l’Ecole du Chat, c’est-à-dire pendant près de 10 ans.

Ceci explique l’état dans lequel je suis arrivé : maigre comme un clou, presque sans poils, des croûtes partout et si fatigué ! Il faut dire que je venais d’un terrain vague qui devenait un vrai dépotoir et donc très insalubre, et la dame qui m’a amené ici se demandait bien s’il y avait une chance de me sauver.

Malgré tout ça, MIRACLE, pas de leucose, pas de FIV, mais un état général très mauvais !

Alors que pendant tant d’années j’avais rencontré  très peu de gentils  « 2 pattes » , je suis passé par plein de « mains magiques » qui m’ont examiné, palpé, et même caressé malgré mon apparence pitoyable. Et mon Alban par ci, et mon Alban par là, j’ai même eu droit à l’appellation d’Alban le Magnifique. Et ça continue ! Je suis aux anges, et comme je suis bien soigné, je crois que je commence vraiment à mériter ce surnom glorieux.

Donc, aujourd’hui, j’ai le poil qui repousse doucement et s’épaissit : je suis tout de blanc et gris perle vêtu, avec des patounes blanches et des yeux verts très clair.

Je vis à l’Infirmerie car je fais partie des chats « en soins permanents « : crèmes pour la peau (comme dans un institut de beauté), vérification régulière de mes taux d’urée et de diabète qui, sans être catastrophiques ne sont pas super, et croquettes spéciales.

J’aime beaucoup voir du monde et serai très heureux de vous rencontrer si un jour vos pas vous amènent jusqu’à nous. Et j’ai une mission de confiance pour vous : pourriez-vous demander « en douce » à mes « aides soignantes » quand elles vont m’enlever cette collerette tant détestée ! (moi, je n’arrive pas à savoir !....)

Bisous,

            Alban

29 Mars 2007

ALBAN est très heureux ; il informe ses nombreux parrains qu'il vit désormais libre sans l'affreuse collerette que ses soignantes lui imposaient jour et nuit depuis des mois. Il fait un gros effort et ne se gratte plus (sauf quand ses soignantes ont le dos tourné, juste un petit coup). Il voit la vie en rose !!!