Tigresse

Histoire d’une tigresse (qui, en réalité, n’en est pas une !!!)

Bonjour, je m’appelle Tigresse……….mais je ne suis pas méchante comme mon nom pourrait le sous-entendre !

C’est Pascale (une bénévole de l’Association –qui, au passage fait des gâteaux et des confitures extraordinaires-) qui m’a donné ce nom, mais à l’époque je défendais mes petits, et je peux vous dire qu’elle a eu du fil à retordre pour m’attraper !

Je vivais à la campagne, dans un parc sur lequel se trouvait un corps de ferme, là où travaille Pascale. Un jour, elle m’a aperçue, et le monsieur pour lequel elle travaille lui a dit qu’il y avait déjà d’autres chats et que celui-là (moi en l’occurrence), c’était trop et qu’il n’en voulait plus. Et quand elle a vu que j’attendais des petits, elle était toute « chamboulée ».

Pour m’amadouer, elle m’a apporté des choses délicieuses à manger ( quel bonheur de ne plus se soucier d’assurer chaque jour sa nourriture) et a essayé de m’attraper à l’aide d’une espèce de panier, mais ça n’a pas marché, je me méfiais d’elle. Alors,je me suis cachée, et le temps passant, j’ai mis au monde mes bébés (6) et un beau jour je me suis décidée à lui montrer car je commençais à me sentir fatiguée et ne trouvais plus grand-chose à manger.

Nous avons refait connaissance, j’ai repris des forces et j’ai eu un gros malheur car 3 de mes petits ont disparu alors que j’étais partie faire un tour. Pascale m’avait installé une niche en bois (fabriquée par son mari) avec de la paille dedans dans laquelle il faisait bon. Quand elle a vu qu’il n’y avait plus que 3 petits, son sang n’a fait qu’un tour, et elle est revenue avec un grand « panier » en bois dans lequel elle a mis mes petits et, en les entendant miauler et en  humant l’odeur du thon qu’elle avait mis aussi dans ce panier, je n’ai pas résisté !

Horrible, cette sensation de se sentir prisonnier, cette impuissance et si les « petits » n’avaient pas été là, je me serais sûrement cogner la tête contre les parois du panier. A l’arrivée, nous nous sommes retrouvés, les chatons et moi, dans une cage bien chaude, bien confortable, et avec tout plein à manger. Les bébés ont grandi, ont été adoptés et moi, stérilisée et vaccinée.

Comme j’ai un peu l’air austère, je ne fais pas les premiers pas, mais tout de même, j’accepte un peu mieux chaque jour les caresses des gens que je vois régulièrement, et de la tendresse, j’en ai tout plein, elle ne demande qu’à s’extérioriser.

Si vous venez me voir, vous me trouverez facilement : j’aime m’installer sur une étagère, tout près de la porte d’entrée. De là, je vois l’infirmerie, le bureau et tous les arrivants. Bref… je surveille, un peu comme les oies du Capitole (les oies, il y en avait dans le parc où je vivais, mais je m’en méfiais, elles n’étaient pas commodes, et voulaient toujours pincer).

A bientôt,

                            Tigresse

Des nouvelles de Tigresse